Les mots de la Vigne #2

« Une idée nouvelle ne triomphe jamais. Ce sont ses adversaires qui finissent par mourir. » Inconnu

Comprendre d’où l’on vient pour savoir où l’on va (P. J. Héliaz) : phénologie et physiologie de la vigne

Fin mai et début juin annonce l’été avec des températures qui montent, une lumière bien présente (contrairement à ces 3 dernières années) et de l’air, du vent. S’il n’a pas plu ces derniers jours, les rosées matinales sont parfois importantes.
Ce temps se maintient sur la pleine lune (mardi 2 juin) et semble vouloir tenir au moins jusqu’au périgée du 10 juin prochain, à partir duquel une dégradation est annoncée. A surveiller !

PNG - 173.3 ko
Lumière , verticalité et vitalité pour les vignes en bio cette année !

Tout juste annoncée au moment du dernier Paroles de Vigne, la floraison bat son plein dans tout le vignoble. Au cours de cette phase délicate, la vigne met toute son énergie au service de la fleur et devient temporairement vulnérable vis à vis de l’extérieur (météo, champignons, insectes, blessures). Cette année, la lumière permet une photosynthèse optimum (« usine à sucres ») et donc une ressource énergétique à priori suffisante. Quel bonheur ! Surtout si l’on pense aux conditions de floraison des dernières années...

La fantaisie et l’imagination sont plus importantes que le savoir (A. Einstein) : écologie de la vigne

Dans le premier numéro des Mots de la Vigne, il était question du « geste de la vigne ». Observez-le sur ces quelques clichés pris dans une jeune plantation il y a quelques jours... Repérez-le chez la vigne mais aussi chez les plantes qui l’entourent... Voyez-vous ce même mouvement, cette même dynamique ? Voyez-vous cette verticalité, cette vitalité et cette lumière ?

Il est très important que les parcelles nouvellement plantées soient ensemmencées !
La vesce aux fleurs violettes apporte de l’azote (c’est une légumineuse) et participe à la structuration du sol, tout comme la blanche camomille et son lien particulier avec le calcium. Les céréales (ici orge et blé), outre leur verticalité, apportent le sens de l’organisation au sol grâce à leur système racinaire fin, dense et profond.
Toutes ces plantes accompagnent la vigne dans « ses premiers pas ». Elles égayent les parcelles de leurs couleurs et accueillent une foule d’insectes et d’oiseaux. Bref, elles transforment un lieu morbide (ou tout du moins fatigué par le chaos lié à la plantation) en un lieu Vivant et foisonnant. Reste au vigneron de l’orchestrer
pour en faire un lieu harmonieux, selon sa propre sensibilité et ses objectifs ...

Remarque : J’invite les curieux à se tourner vers la physique quantique... De Einstein à Haramein en passant par Bobola, Schwenk et Schauberger, vos neurones ont de quoi turbiner un moment. Puis, lorsque votre disque dur interne (votre cerveau mental !) sera fatigué et se sentira dépassé, vous ouvrirez une bouteille de vin bio.
Là, tout au long de sa dégustation, vous le laisserez vous guider dans les vignes dont il est le fruit, vous transmettant leurs vibrations, leurs couleurs, leurs odeurs et vous commencerez à les entendre murmurer ! ;-)

Prendre soin amène à la compréhension (Anonyme) : accompagnement et protection du vignoble

La vigne étant en pleine floraison, c’est le moment de l’entourer d’une attention bienveillante et protectrice tout en la touchant le moins possible.
En termes plus scientifiques, les vignerons doivent être à jour dans leurs traitements mais éviter toutes manipulation du feuillage ou tout travail du sol dans cette période délicate.

Vu les magnifiques conditions climatiques du moment, la fleur pourrait être fulgurante. Dès qu’elle sera achevée, les opérations de conduite en vert pourront reprendre :

  • affiner les épamprages si nécessaire (enlever les repousses sur le tronc)
  • éventuellement écharder les pieds les plus touffus (enlever les toutes jeunes feuilles au coeur de la végétation)
  • écimer les parcelles les plus poussées (couper le dessus qui, en retombant, gênerait le passage du tracteur)
  • etc

Petite astuce du moment !

Un sol travaillé le matin évapore l’eau qu’il contient tandis qu’un sol travaillé l’après-midi (heure solaire !) conserve sa fraîcheur.
=> S ’il y a du vent, profitez du matin pour travailler les parcelles humides et contribuer à les « assécher ». Réservez les après-midis aux parcelles plus sèches.

Les extraits végétaux accompagnant la floraison :

Achillée -> tisane (peut être préparée avec le pissenlit)
Riche en acides valérianique et salicylique, apaise tout en accompagnant les mécanismes de défense.
Régule les processus du soufre et du potassium, accompagne le processus de la floraison.

Pissenlit -> tisane (peut être préparée avec l’achillée)
Riche en acide salicylique, en silice et en potassium, aide la plante à se concentrer et ainsi préparer la floraison puis la fructification.

Pour les parcelles sensibles aux cryptogames (mildiou, black-rot, oïdium) :

Camomille -> tisane
Riche en soufre, calcium et potassium.
Accompagne les mécanismes de défense et tempère les excès climatiques.

Prêle -> extrait fermenté
Riche en silice, participe à la structuration des tissus et complète ainsi l’action de l’ortie.Propriétés anti-cryptogamiques (garde les champignons au sol). Réfracte la lumière.

Chêne -> décoction de l’écorce
Riche en calcium et en tanins.
Régule les pressions cryptogamiques (mildiou) mais attention à ne pas bloquer la vigne !

Remarque : de nombreux livres proposent des recettes et des conseils de préparation des extraits végétaux. Parmi eux, Purin d’ortie et & - Éditions Terre Vivante est particulièrement riche en informations utilisables au jardin.

A NOTER :
La lune est liée à l’élément EAU. Elle influe fortement sur les liquides et les êtres dépendant de l’eau tels que les champignons.

10 juin Lune au périgée, soit au plus près de la Terre => amplification de son influence
16 juin Nouvelle Lune moment privilégié pour la manifestation extérieure de la présence des champignons (tâches d’huile stériles ou tâches fertiles avec conidiophores)

Prévisions météo incertaines mais pluies annoncées aux alentours du périgée
=> assurer d’une bonne protection phytosanitaire avant et au plus près du 10 juin !!

Note rédigée par Albane Bervas
Paroles de Vigne
Conseil et formation en viticulture biologique et holistique OEnologue, ingénieur viticole